Compeed

Bouton de fièvre (herpès labial) : Définition, Prévention et Formation

Bouton de fièvre (herpès labial) : Définition, Prévention et Formation Bouton de fièvre (herpès labial) : Définition, Prévention et Formation Bouton de fièvre (herpès labial) : Définition, Prévention et Formation

Bouton de fièvre (herpès labial) : Définition, Prévention et Formation

Si vous souffrez de boutons de fièvre, vous n’êtes pas le/la seul/seule. Au moins 80 % de la population française a déjà été en contact avec le virus responsable de l’herpès labial (herpès simplex ou HSV-1) et héberge le virus de l’herpès à l’état latent (« endormi »). Seuls 20 % présentent des manifestations cliniques récidivantes[1]. Au niveau monde, deux tiers de la population de moins de 50 ans sont infectés par le virus herpès simplex de type 1![2]

L’infection par l’herpès HSV-1 est le plus souvent asymptomatique mais certaines situations peuvent favoriser la manifestation du virus sous forme de symptômes légers ou de vésicules (petits boutons remplis de liquide). Lors de leur survenue, les boutons de fièvre sont non seulement douloureux, mais aussi très gênants en raison de leur impact social et émotionnel. Du fait de leur visibilité et de la perception de l’apparence physique que cela engendre, dans des cas extrêmes, ils peuvent entraîner un isolement social. Mais n’oubliez pas – vous n’êtes pas seul/seule et des solutions existent.

Les traitements disponibles peuvent aider à contrôler la douleur, diminuer la gravité de l’éruption et accélérer le processus de guérison.

C'est quoi les boutons de fièvre?

Le bouton de fièvre, aussi appelé herpès labial, est une maladie virale cutanée, se manifestant autour de la bouche le plus souvent au niveau des lèvres, à la jonction entre la peau et la muqueuse, par une éruption constituée de vésicules (petits boutons remplis de liquide clair riche en virus). Avant une poussée, il est classique de ressentir des picotements, des fourmillements, une tension ou une sensation de brûlure au niveau de l’endroit où va surgir le bouton. Dans les heures ou les jours qui suivent, apparaissent des vésicules qui vont former un “bouquet” ou plus rarement se rassembler pour former une bulle. Ensuite, après s’être rompues, elles vont faire place à une croûte qui va recouvrir la lésion puis tomber après quelques jours. La guérison sans séquelle survient en général en l’absence de traitement en 7 à 10 jours, parfois 15 jours mais les récidives sont fréquentes.
Il n’existe aucun véritable remède contre les boutons de fièvre car son origine est virale et que le virus de l’herpès ne peut jamais être éliminé de l’organisme. Cependant, les traitements disponibles peuvent aider à contrôler la douleur, diminuer la gravité de l’éruption et accélérer le processus de guérison.

Qu'est-ce qui cause le bouton de fièvre?

Le bouton de fièvre est une maladie virale cutanée causée par un virus appelé virus de l’herpès simplex de type 1 (HSV-1). Il existe deux types de virus de l’herpès simplex: HSV-1 et HSV-2. Le premier est responsable de l’herpès labial, un herpès situé autour de la bouche, le plus souvent sur les lèvres. Ce type d’herpès est celui que l’on appelle communément bouton de fièvre, tandis que le HSV-2 est responsable de l’herpès génital. En général, l’herpès est une éruption de la peau et des muqueuses et se caractérise par une rougeur de la région affectée suivie par la formation de vésicules, qui vont éclater et ainsi entraîner la formation de croûtes.

La première infection par le virus du bouton de fièvre survient habituellement avant l’âge de 20 ans, la plupart du temps durant la petite enfance, et ne cause généralement aucun symptôme. D’ailleurs, la majorité des personnes infectées n’auront jamais de symptômes, donc pas de vésicules apparentes. Le virus est dans le corps, mais reste inactif. Les modes d’infection sont multiples: contact direct avec le virus par la salive, en embrassant ou en partageant des objets personnels, ou par contact de peau à peau. Il est important de savoir qu’une personne ayant contractée le virus HSV-1 peut être contagieuse en tout temps, lors des poussées, mais aussi, mais plus rarement, en dehors de toute poussée. Lors de la primo-infection, le virus de l’herpès pénètre dans l’organisme par une brèche dans la peau autour ou à l’intérieur de la bouche. Dans 90% des cas, cette contamination passe inaperçue, la personne ne ressentant aucun symptôme particulier. Mais dans certains cas, quelques jours après la primo-contamination, le virus est responsable de lésions au niveau de la bouche (gingivo-stomatite) très douloureuses associées à une petite fièvre.

La première infection par le virus du bouton de fièvre survient habituellement avant l'âge de 20 ans, la plupart du temps durant la petite enfance, et ne cause généralement aucun symptôme.

Une fois que l’on a été infecté par le VHS-1, le virus persiste toute la vie dans le corps, sans pour autant causer de symptômes permanents. On dit que les personnes qui ont été infectées par ce virus en sont porteuses. Après la contamination, le virus de l’herpès chemine dans les nerfs sensitifs correspondant au territoire infecté et se loge dans un ganglion nerveux à la base du crâne où il reste « endormi ». Chez environ 20% des personnes, le virus se « réveille » ou se réactive sous l’influence de divers facteurs. Il sort des ganglions, se multiplie et en longeant les nerfs revient coloniser le territoire de la peau initialement infecté. Il devient alors un herpès récurrent, déclenchant à chaque « réveil » un bouton de fièvre situé toujours dans la même région : apparition de vésicules ou petits boutons remplis de liquide. Le plus souvent le bouton de fièvre survient sur le bord externe d’une lèvre, d’un seul côté, à la jonction entre la peau et la muqueuse ou plus rarement sur l’aile du nez, le menton ou les joues.

Les boutons de fièvre peuvent être causés par le stress, la fatigue, le manque de sommeil, un système immunitaire affaibli, une infection, la fièvre, une intervention chirurgicale comme une intervention dentaire, un traumatisme, des changements hormonaux comme la période des règles, une exposition au soleil ou au froid.

Si vous avez fréquemment des boutons de fièvre, vous pouvez tenir un journal ou une fiche pour noter vos activités, vos maladies et les événements de votre vie afin de déterminer ce qui a précédé la poussée et essayer de déterminer les facteurs favorisants leur survenue. Cela peut vous aider à réduire le nombre de poussées: par exemple si vous constatez que le soleil favorise la survenue du bouton de fièvre, l’utilisation d’un écran solaire haute protection peut vous aider à éviter sa survenue.

Chez les personnes qui ont des poussées récurrentes, l’herpès labial récidive le plus souvent une à deux fois par an, mais jusqu’à une fois par mois chez certaines personnes. La fréquence des poussées a tendance à diminuer avec l’âge.[3]

Est-ce contagieux?

Oui, c’est très contagieux. Habituellement, les boutons de fièvre se propagent d’une personne à l’autre par contact étroit, comme avec la salive, un baiser sur la joue ou sur la bouche, une poignée de main, des rapports sexuels mais on peut aussi les contracter en touchant des objets sur lesquels le virus est présent suite à un contact récent et direct avec une personne infectée, comme des serviettes, des ustensiles ou des rasoirs.

Durant les contacts sexuels oraux/génitaux, l’herpès labial peut causer un herpès génital, et inversement.

Si l’on présente un bouton de fièvre, il est important d’éviter tout contact physique avec les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées, chez qui le virus s’avère plus dangereux.

Vous pouvez infecter d’autres personnes dès les premières sensations. Cependant, la période la plus à risque de contagion survient lorsque les vésicules sont éclatées. En effet, le liquide contenu dans les vésicules contient des virus qui peuvent pénétrer dans la muqueuse buccale et infecter une nouvelle personne. Les lésions sont contagieuses tant qu’elles ne se sont pas complètement guéries. Ainsi, la croyance habituelle selon laquelle les boutons de fièvre ne sont plus contagieux une fois apparition de la croûte est fausse!

Le virus peut aussi se transmettre par la salive en l’absence de symptômes, mais cela est plus rare. En effet, certaines phases de réactivation du virus se produisent sans provoquer de lésions sur les lèvres. Il peut même arriver qu’une personne contracte l’herpès labial d’une personne qui ignore être porteuse du virus.

Combien de temps durent-ils?

Généralement, le premier contact avec le virus du bouton de fièvre (primo-infection), ne s’accompagne pas de manifestation clinique. Mais dans certains cas, 5 à 6 jours jours après la primo-contamination, se développent des lésions notamment au niveau de la bouche (gingivo-stomatite) très douloureuses associées à une petite fièvre. La guérison a lieu en 10 jours environ.

Les signes, les symptômes ainsi que la durée sont variables selon qu’il s’agit d’une primo-infection ou d’une récurrence, cette dernière ayant tendance à être moins grave. Les boutons de fièvre réapparaissent souvent au même endroit qu’auparavant et le développement d’un bouton de fièvre progresse généralement en cinq étapes sur une période de 7 à 10 jours. Les premiers stades sont les plus douloureux et les plus sensibles.

  • Étape 1 (J1-J2): Picotements – Pour plus de 85 % des personnes souffrant de boutons de fièvre, les poussées commencent souvent par des symptômes tels qu’un picotement, un tiraillement, une douleur ou des démangeaisons autour des lèvres. Ce stade dure de quelques heures à 2 jours. Le plus souvent, la sensation de picotement est ressentie autour de la région où le bouton de fièvre apparaîtra. La zone commence alors à enfler et à rougir, et peut être douloureuse au toucher. Le mieux est de commencer le traitement dès les premiers picotements.
  • Étape 2 (J2-J3): Vésicules – Dans les 48 heures suivant la première étape, des grappes de vésicules rouges remplies de liquide apparaissent. Ces vésicules peuvent éventuellement se transformer en une seule grosse bulle. C’est le résultat du réveil du virus, de sa multiplication et du fait que votre corps commence à se défendre. Le liquide contenu dans les vésicules est très contagieux, car il contient le virus du bouton de fièvre (HSV-1, virus de l’herpès simplex de type 1). Quand la vésicule éclate, elle libère le virus, ce qui peut entraîner la contamination d’autres parties du corps ou d’autres personnes.
  • Étape 3 (J4): Ulcérations/Suintements – Au quatrième ou cinquième jour d’une poussée, les vésicules éclatent, suintent et forment des plaies douloureuses. Les plaies ouvertes sont rouges et peu profondes. Cette étape est la plus douloureuse et la plus contagieuse. A l’issue de cette phase, les lésions ulcérées commencent à sécher et à se recouvrir d’une croûte jaune-marron témoin du début du processus de cicatrisation.
  • Étape 4 (J5-J8): Croûtes – Entre le cinquième et le huitième jour, la plaie se dessèche complètement et une croûte brune se développe. La croûte va très vite se rétrécir provoquant des démangeaisons, une sensation de brûlure, ainsi que des fissures très douloureuses qui peuvent saigner.
  • Étape 5 (J9-J12): Cicatrisation – La dernière étape du bouton de fièvre est la phase de guérison. Une fois que les défenses de votre corps se sont attaquées au virus, les croûtes commencent à se détacher et le bouton de fièvre guérit. Essayez d’éviter de faire tomber la croûte, car le processus de guérison devra recommencer. Pour la plupart des gens, la guérison se produit en 8 à 10 jours sans laisser de cicatrice.

Les boutons de fièvre peuvent-ils être guéris?

Entre les poussées, le HSV-1 se cache à l’intérieur de vos cellules nerveuses; on ne peut donc jamais s’en débarrasser. Après la première infection, le virus reste endormi dans les cellules nerveuses à la base du crâne pour le reste de votre vie. Bien que des récidives spontanées soient possibles, une grande variété de facteurs déclencheurs internes et externes peut faire passer le virus d’un état endormi à un nombre rapidement croissant, ce qui entraîne une poussée de boutons de fièvre. Ces déclencheurs ne peuvent pas être généralisés, car ils peuvent être différents pour chacun, ce qui signifie que certains événements de votre vie peuvent réveiller le virus et entraîner une poussée récurrente d’herpès. Savoir ce qui déclenche une poussée pour vous est une étape importante pour gérer vos poussées.

Conseils pour la gestion des boutons de fièvre?

Comme le virus ne quitte jamais votre corps après la première contamination, il est impossible de le guérir, cependant, les symptômes associés à une poussée peuvent être pris en charge. Quelques heures à 2 jours avant l’apparition du bouton de fièvre, vous pourrez ressentir un picotement ou une démangeaison autour des lèvres. La prise en charge du bouton de fièvre à ce stade précoce est le traitement le plus efficace, car cela entraîne la formation d’une lésion plus petite qui guérira donc plus rapidement.

Les Patchs Bouton de Fièvre COMPEED® peuvent aider à prévenir l’aggravation du bouton de fièvre, à diminuer la sévérité des croûtes, ainsi qu’à favoriser une guérison plus rapide: ils contiennent une technologie de gel hydrocolloïde actif. Comme ces patchs sont conçus pour être discrets, les Patchs Bouton de Fièvre COMPEED®, en masquant le bouton de fièvre, peuvent diminuer la gêne sociale ressentie lors des poussées[4]. Vous pouvez utiliser ces patchs à n’importe quel stade d’une poussée. Le principe général reste le même: le plus tôt sera le mieux. Comme le montre le graphique ci-dessous, les Patchs Bouton de Fièvre COMPEED® aideront non seulement vos plaies à cicatriser et donc à guérir plus rapidement, mais ils soulageront aussi la douleur et réduiront le risque de contamination de la plaie[5]. En offrant une barrière protectrice, le patch réduit efficacement le risque de propagation du virus à d’autres personnes. Ces patchs se sont avérés très efficaces pour protéger votre plaie contre des facteurs environnementaux externes.

*Bovin G, Goyette N, Sergerie Y, Keays S, Booth T évaluation longitudinale de la charge ADN de l’herpès simplex lors d’épisodes de l’herpès labial. Journal Of Clinical Virology 2006; 37 : 248-251

Une autre option consiste à utiliser des médicaments antiviraux pour empêcher le virus de se répliquer et ainsi prévenir l’apparition de boutons de fièvre, ou du moins réduire leur taille et le temps de guérison. Les antiviraux pour le traitement des boutons de fièvre se présentent généralement sous forme de comprimés, prescrits que dans certaines situations particulières, ou de crèmes. En revanche, ils ne permettent pas de limiter la contamination directe (pas d’effet «bouclier»), ne diminuent pas la formation de la croûte, et ne permettent pas de masquer ou de protéger le bouton de fièvre.

Références

1 Ameli, site en ligne de l'Assurance Maladie consulté le 23/03/2020: https://www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/herpes-labial/reconnaitre-herpes-labial
2 OMS, site en ligne de l’Organisation Mondiale de la Santé: https://www.who.int/fr/news-room/detail/28-10-2015-globally-an-estimated-two-thirds-of-the-population-under-50-are-infected-with-herpes-simplex-virus-type-1
3 Ameli, site en ligne de l'Assurance Maladie consulté le 23/03/2020: https://www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/herpes-labial/consultation-traitement-evolution
4 Karlsmark, 2005, Etude clinique DK034CP : étude ouverte, monocentrique, non comparative, dont les principaux objectifs étaient d'évaluer via la perception du patient, le délai de guérison de la poussée ainsi que le confort et la baisse de la douleur (sensation de brûlure et démangeaison) lors de l'utilisation de patch comparé à leur expérience habituelle sans patch.
5 Erlbaum, 2008. Etude clinique (Protocole No. CA‐P‐3978‐01); étude randomisée, en groupe parallèle, multicentrique, avec évaluation en aveugle, comparant les patchs COMPEED® à la crème aciclovir 5% chez des patients présentant un herpès labial récurrent. L'objectif principal était l'évaluation globale par le patient et le clinicien, en fin d'étude, de la réponse du bouton de fièvre au traitement.